N° 31 du 29-07-2020

Capture8mgr

Communique n 31 du 29 juillet 2020

REGARD SUR L'ACTUALITE
« REGARD SUR LA PAROISSE »


Dans un document approuvé par le Pape François en date du 27 Juin 2020, la Congrégation pour le Clergé entend répondre à la nécessité d’orienter dans un sens missionnaire le renouvellement en cours des structures ecclésiales. « Les paroisses ne doivent pas seulement penser à se protéger elles-mêmes, mais elles doivent pouvoir regarder au-delà de leurs propres frontières pour annoncer l’Evangile ». Parmi les nombreux aspects de la réalité paroissiale abordés, ce document intitulé « La conversion pastorale de la communauté paroissiale au service de la mission évangélisatrice de l’Eglise » nous rappelle aux § 6 et 7 l’origine et le rôle de la structure paroissiale : « La paroisse possède une longue histoire et a eu dès le départ un rôle fondamental dans la vie des chrétiens, dans la croissance de l’Eglise et dans son activité pastorale ; on peut déjà en entrevoir une première intuition dans les écrits de saint Paul. Quelques textes pauliniens, en effet, révèlent la constitution de petites communautés qui, comme églises domestiques, sont simplement désignées par l’Apôtre avec le mot ʺmaisonʺ (cf., par exemple, Rm 16,3-5 ; 1Co 16,19-20 ; Ph 4,22). Avec ces ʺmaisonsʺ, on peut découvrir la naissance des premières paroisses … Depuis son apparition, la paroisse se présente donc comme réponse à une exigence pastorale précise, rendre l’Evangile proche du Peuple, par l’annonce de la foi et la célébration des sacrements. L’étymologie du terme lui-même permet de comprendre le sens de l’institution : la paroisse est une maison au milieu des maisons et répond à la logique de l’Incarnation du Christ Jésus, vivant et agissant dans la communauté humaine. Visiblement représentée par l’édifice du culte, elle est ainsi le signe de la présence permanente du Seigneur Ressuscité au milieu de son Peuple ». Poursuivant sa réflexion, le document insiste sur la nécessité, dans le cadre de la nouvelle évangélisation, d’une remise en cause du visage d’Eglise que font naître nos comportements et nos pratiques missionnaires : « Pour promouvoir le caractère central de la présence missionnaire de la communauté chrétienne dans le monde, il est important de repenser non seulement une nouvelle expérience paroissiale, mais aussi, à l’intérieur de la paroisse, le ministère et la mission des prêtres qui, avec les laïcs, doivent être ʺsel de la terre et lumière du mondeʺ (cf. Mt 5,13-14), ʺlampe sur le lampadaireʺ (cf. Mc 4,21), en présentant le visage d’une communauté évangélisatrice capable d’une authentique lecture des signes des temps, qui donne un témoignage cohérent de vie évangélique ». (§13). Cette remise en cause doit permettre de redécouvrir à nouveaux frais ce qui fait l’authenticité de nos paroisses et de notre Eglise. « Au-delà des lieux et des raisons d’appartenance, la communauté paroissiale est le contexte humain où se réalise l’oeuvre évangélisatrice de l’Eglise, où se célèbrent les sacrements et où se vit la charité, dans un dynamisme missionnaire qui - en plus d’être un élément essentiel de l’action pastorale - devient un critère pour vérifier son authenticité. A notre époque qui est parfois caractérisée par des situations de marginalisation et de solitude, la communauté paroissiale est appelée à être un signe vivant de la proximité du Christ par le moyen d’un réseau de relations fraternelles, tournée vers les nouvelles formes de pauvreté… Vu ce qui vient d’être dit, il importe de repérer des perspectives qui permettent de renouveler les structures paroissiales ʺtraditionnellesʺ à la lumière de la mission. Voilà le coeur de la conversion pastorale désirée, qui doit toucher l’annonce de la Parole de Dieu, la vie sacramentelle et le témoignage de la charité, en un mot les lieux essentiels dans lesquels la paroisse grandit et ses conforme au Mystère auquel elle croit. » (§ 19 et 20). Voici donc un trop bref aperçu de la feuille de route qui pourra aider chaque paroisse, chaque membre à mettre en oeuvre cette « conversion pastorale » à laquelle tous sommes invités. Nul doute que nous aurons l’occasion d’en reparler.
+ Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU


n.31-mercredi-29-juillet-2020.pdf